Bâtir un monde durable

D’abord, il est important de comprendre que le développement durable n’est pas seulement lié aux questions environnementales. Le concept de développement durable s’intéresse à tous les enjeux d’ordre économique, social, environnemental et éthique. Au sens large, on parle donc de retombées économiques, de gouvernance, de protection de l’environnement et de contribution à la société. Et si vous voulons résumer plus simplement, nous pouvons dire que le développement durable vise à répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs.

Une stratégie de développement durable est constituée d’une série d’objectifs et d’actions. Elle établit ceux étant les plus prioritaires et les plus significatifs pour une organisation. C’est un projet ambitieux! Plusieurs entreprises et organisations s’en sont doté. C’est un outil indispensable pour démontrer ce qu’on fait déjà de bien et nos engagements pour le futur. Selon des sondages récents[1], 86 % des consommateurs s’attendent à ce que les entreprises jouent un rôle important, non seulement dans la résolution des changements climatiques, mais aussi dans la lutte contre les inégalités sociales. Chez les millénariaux, 91 % se disent prêts à changer leurs habitudes de consommation pour favoriser des entreprises qui contribuent à la société. Ce n’est pas rien!

Pour nous aider dans notre démarche entamée à l’été 2021, nous sommes accompagnés par des spécialistes de la Chaire en éco-conseil de l’Université du Québec à Chicoutimi. Notre stratégie est guidée par le Programme de développement durable de l’Organisation des Nations Unies (ONU) qui regroupe 17 objectifs. Ces objectifs de développement durable (ODD) ont été adoptés en 2015 par l’ensemble des États membres de l’ONU. Ce sont les critères les plus complets et reconnus en matière de développement durable.

Actuellement, nous finalisons la première étape du processus, c’est-à-dire la mise en place d’un diagnostic organisationnel qui tient compte des actions déjà entreprises collectivement et individuellement selon les cibles des ODD pertinentes pour nous. L’heure est donc au bilan! Avec ce portrait complet de nos forces et de nos faiblesses, nous serons en bonne position pour élaborer notre plan d’action qui identifiera lesquelles sont prioritaires, à maintenir, à renforcer et à adopter.

 

Faire toujours mieux, c’est une volonté que nous avons déjà comme producteurs. Nous sommes bien implantés dans notre société en contribuant à l’alimentation de nos concitoyens, mais aussi en nous impliquant sur le plan culturel et économique.

 

En tant que producteurs de lait, nous en faisons déjà beaucoup pour favoriser le développement durable. Pensons à toutes les actions menées à la ferme en matière de bien-être animal et d’environnement. À notre programme proAction et aux initiatives en lien avec l’innovation et la recherche. Pensons aussi à notre grande contribution pour l’économie qui génère 3 milliards de $ au PIB canadien et au fait que nous sommes la source de près de 65 000 emplois pour l’ensemble de la filière. Pensons à notre programme de commandites qui nous permet de soutenir des événements culturels, sportifs et sociaux comme les Francos de Montréal, le Festival d’été de Québec et de nombreux tournois de hockey, partout sur le territoire. Pensons à notre programme de dons de lait qui contribue à éliminer la faim et à assurer la sécurité alimentaire des Québécois.

La liste de nos actions est longue et le diagnostic nous aidera à faire rayonner les actions déjà entreprises. Le fruit de ce travail nous donnera des arguments crédibles et neutres pour communiquer aux consommateurs, aux élus et à nos partenaires tout ce qui se fait de bien dans nos fermes. Ce plan nous permettra aussi d’identifier des aspects sur lesquels nous pouvons travailler pour améliorer notre bilan, offrir des solutions et des perspectives durables à notre secteur et continuer d’être à la hauteur des attentes grandissantes de la population.

Faire toujours mieux, c’est une volonté que nous avons déjà comme producteurs. Nous sommes bien implantés dans notre société en contribuant à l’alimentation de nos concitoyens, mais aussi en nous impliquant sur le plan culturel et économique. Sans compter les autres démarches qui se s’effectuent en marge de la stratégie de développement durable, notamment le travail d’analyse du cycle de vie avec l’ensemble de la filière laitière, des projets de recherche sur la séquestration du carbone, la création d’outil d’évaluation des gaz à effet de serre à partir d’échantillons de lait, et plus encore. Ces initiatives aideront à atteindre l’objectif de carboneutralité annoncé par Les Producteurs laitiers du Canada. Cet objectif sera pris en compte dans le développement du plan et des actions. Des efforts collectifs et individuels continueront d’être requis dans les prochaines années pour réaliser cet ambitieux projet.

Ce travail d’amélioration continue doit se faire en collaboration avec l’ensemble de l’industrie, mais aussi avec l’appui du gouvernement. Nous le répétons : pour faire des changements, nous avons besoin de soutien financier et d’investissements en recherche et en transfert de connaissance. Il nous faudra de l’appui pour nous donner les moyens de nos ambitions! Cette démarche, visant à préserver nos terres pour les générations futures et assurer la vitalité de nos régions, bénéficiera à toute la société. C’est pourquoi nous devons tous, individuellement, mais aussi collectivement, travailler sans cesse à accroître nos retombées positives sur l’environnement, l’économie et la société. C’est en travaillant ensemble que nous pourrons arriver à bâtir un monde durable.

 

[1] Wunderman Thompson, Regeneration Rising (2021)

IBM, Meet the 2020 consumers driving change, why brands must deliver on omnipresence, agility and sustainability (2020)

SignatureDanielGobeil

 

Daniel Gobeil, président

 

Télécharger l’éditorial du président