La souveraineté alimentaire

Les gouvernements du Québec et du Canada doivent s’engager dans la bataille pour faire reconnaître l’exception agricole et alimentaire ainsi que le droit des peuples à la souveraineté alimentaire, tout comme ils l’ont fait pour la reconnaissance de l’exception culturelle par l’UNESCO.

La souveraineté alimentaire, c’est le droit des peuples de déterminer leurs propres politiques nationales pour favoriser une production agricole et alimentaire locale, saine et écologique. Une production réalisée dans des conditions équitables qui respectent le droit de tous les partenaires à des conditions de travail et de rémunération décentes. Il s’agit donc du droit des peuples à définir leur propre politique alimentaire et agricole, à protéger et à réglementer la production et les échanges agricoles et alimentaires nationaux de manière à atteindre des objectifs de développement durable, et leur droit à déterminer leur degré d’autonomie alimentaire et à éliminer le dumping sur leur marché. La souveraineté alimentaire constitue une stratégie responsable vis-à-vis la libéralisation tous azimuts du commerce agricole, comme l’entend l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

4a_logosouverainetealimentaireLes Producteurs de lait du Québec (PLQ) sont un des membres fondateurs de la Coalition pour la souveraineté alimentaire et souhaite que les principes de ce concept soient reconnus par les gouvernements canadiens et Québécois, tel que le stipulent les énoncés de vision. À l’occasion de la dernière Journée d’audience de la Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois, le 7 septembre 2007, 42 organisations de la société civile du Québec et du Canada, dont les PLQ, convenaient d’une déclaration intitulée « Pour un nouveau contrat social fondé sur la souveraineté alimentaire ».

Quelques mois plus tard, la Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois déposait son rapport et y suggérait de soutenir les idées fortes de la souveraineté alimentaire. Cette déclaration, depuis appelée la Déclaration de Montréal, est en quelque sorte la déclaration de principe ayant conduit à la création de la Coalition pour la souveraineté alimentaire un peu plus d’une année plus tard.

Rappelons que le concept de souveraineté alimentaire a été discuté publiquement pour la première fois en 1996 lors du Sommet mondial de l’alimentation, organisé par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), et reçoit de plus en plus d’appuis dans le monde. Depuis, des milliers d’organisations de la société civile de par le monde militent en faveur de la souveraineté alimentaire, qu’elles soient d’Amérique, d’Asie, d’Afrique, de l’Europe ou de l’Océanie. Des leaders d’envergure internationale remettent également en question le fait que l’agriculture et les aliments soient considérés comme n’importe quel autre secteur commercial. C’est le cas de l’ancien président des États-Unis, Bill Clinton, qui a déclaré devant l’ONU, en octobre 2008, que « nous devrions retourner à une politique d’autosuffisance agricole ».

Pour consulter le site Internet de la Coalition pour la souveraineté alimentaire

Télécharger le PDF de la Déclaration de Montréal

facebooklogo
Internautes militants, devenez fan de la page FACEBOOK de la Coalition pour la souveraineté alimentaire