Guide alimentaire

Refonte du Guide alimentaire canadien

En janvier, Santé Canada a publié une version modifiée du Guide alimentaire canadien dans laquelle les produits laitiers se retrouvent dans la catégorie des aliments protéinés. En fait, le nouveau guide alimentaire élimine tous les groupes alimentaires et les remplace par le concept de proportion.

Un des problèmes du nouveau guide, c’est que certaines conclusions scientifiques semblent avoir été écartées de l’analyse qui a conduit aux recommandations finales, alors qu’on le dit basé sur la science. En effet, Santé Canada avait reconnu une bonne partie des bienfaits des produits laitiers lors de son analyse des données probantes en matière de recommandations alimentaires en 2015.

 

Toutefois, à la sortie du guide, les orientations proposées étaient en décalage avec ses propres études scientifiques. Le Guide pointe notamment la consommation des gras saturés comme étant nocive, sans tenir compte de l’impact global positif des nutriments des produits laitiers sur la santé. Or, les preuves scientifiques les plus récentes ne justifient pas que l’on continue à favoriser les produits laitiers faibles en gras. Elles révèlent au contraire que les produits laitiers riches en gras ne sont pas associés à des effets nocifs pour la santé et pourraient même être bénéfiques.

Télécharger la fiche d'information

 

La science est du côté des produits laitiers

Plusieurs chroniqueurs ont souligné que le guide alimentaire doit être basé sur la science. Ils ont raison! Le hic, justement, c’est que le guide alimentaire ne prend pas pleinement en compte ce que dit la science. Dans son examen des données scientifiques à la base de la révision du guide, Santé Canada reconnaît lui-même que la population ne mange pas suffisamment de produits laitiers.

Son propre examen des données probantes note que le lait est une des plus importantes sources de protéines, de calcium et d’autres éléments essentiels que les Canadiens sous-consomment. Ces données probantes confirment également que ses nutriments sont associés à de nombreux bienfaits pour la santé des os et réduisent le risque de maladies du cœur, d’accident vasculaire cérébral, d’hypertension et de cancer colorectal. Ce n’est pas le lobby du lait qui fait en sorte que les protéines laitières sont plus complètes que les options végétales, c’est la nature même des produits laitiers, comme que le reconnaît la science.

 

Télécharger la réplique