L’alimentation

La vache laitière possède la capacité de transformer des végétaux sans grande valeur nutritive pour l'homme en un aliment très nutritif.

2.2.1_Alimentation_2_Exploit_BS_46_vachesLes ruminants permettent aux humains de tirer parti de sources d’éléments nutritifs chez certains végétaux qui ne seraient autrement d’aucune valeur alimentaire puisque l’estomac de l’humain ne peut les digérer. Les ruminants transforment les fourrages et plusieurs sous-produits industriels en aliments de très haute qualité, soit le lait et la viande.

En plus de l’herbe des champs, l’alimentation des vaches comprend du foin sec, des céréales et du maïs sous forme de grains ou entreposés humides, des sels minéraux, des vitamines et des fourrages ensilés. Les aliments ensilés, c’est-à-dire conservés à l’abri de l’air dans des silos ou sous emballage de plastique, gardent ainsi leur humidité tout en subissant une fermentation dirigée. La plupart de ces aliments sont produits à la ferme, ce qui permet de réduire le transport des aliments tout en évitant la monoculture à la ferme.

Chez tous les animaux, comme chez l’être humain, les aliments doivent être transformés pour pouvoir être absorbés par le sang et être utilisés par l’organisme pour fournir à celui-ci les éléments dont il a besoin. C’est le rôle du système digestif. Chez les ruminants, comme la vache, le système digestif est particulier, car l’estomac compte quatre compartiments : le rumen (panse), le réticulum (réseau), l’omasum (feuillet) et l’abomasum (caillette). Ce sont ces quatre compartiments, surtout le rumen, qui lui donnent l’avantage de digérer, transformer et profiter d’aliments plus complexes et peu digestibles, comme les différents fourrages (luzerne, trèfle, mil et dactyle, pour ne nommer que ceux-ci).

Dans une journée, la vache mange plus de 20 kilogrammes d’aliments et boit une centaine de litres d’eau, ce qui équivaut à une baignoire remplie à ras bord.